Zuckerberg, peu convaincant, reste dans le viseur des européens

24 Mai 2018 | Journal

Après le Sénat américain, où il avait été bousculé, Mark Zuckerberg, Pdg de Facebook, a présenté ses excuses devant les députés européens.

Service minimum. Certes, il a reconnu ne pas avoir tout fait pour empêcher les abus, mais a éludé les questions trop précises, en se limitant, en plus, dans son temps de parole.

Tout ce qu’il faut faire pour ne pas convaincre. Qui peut croire à sa bonne foi, sa volonté de changement. Le business rentable et en développement, est sa seule religion.

0 commentaires

Pour compléter votre information :