Les incroyables revenus de la publicité sur internet

Aux Etats-Unis, la publicité sur internet a représenté 34% du marché publicitaire total en 2017. La progression annuelle est de 21,4%. Le transfert des budgets est colossal, et profond.

 

Les avantages de cette publicité sont indéniables. Du tout petit commerçant à la marque mondiale, la publicité est payée sur le résultat : on choisit sa cible et on sera facturée si elle est atteinte. Mieux, même les tous petits budgets (quelques milliers de flyers distribués dans son quartier par exemple) font maintenant de la publicité ciblée via Google et Facebook.

Sur le principe, cette évolution est excellente pour les commerçants : plus d’efficacité et moins chère. Mais, il y a un énorme problème : 74% du marché de la publicité sur internet est réalisée par Google et Facebook ! La fonction “Search” est à l’origine de 46% du marché des annonces. Il devient impossible de se faire connaître sans Google … Et Google dispose de Google Search et Google Maps.

Merci (?) au tout gratuit …

On ne doit pas faire n’importe quoi sur FaceBook

On savait que FaceBook censurait les images, fussent-elles des chefs d’oeuvre de musée, sous le prétexte d’un sein dénudé propre à inciter nos mineurs à la débauche(!), maintenant c’est un autre aspect de nos publications qui peuvent être utilisées en justice …

Licenciée pour des propos tenus sur son compte Facebook privé, un arrêt confirme son renvoi  >>>

“Les messages qu’elle avait publiés sur son compte personnel, et qui étaient visibles par l’ensemble des salariés de son entreprise, n’ont pas été considérés comme étant de nature privée.”

On ne cesse de le répéter “Faites très attention sur FaceBook”.
Rappelons la première grosse bêtise : publier ses photos de vacances en direct. Quel message aux voleurs!
Et maintenant, dire du mal de son chef !
Il y a un permis de conduire, il faudrait aussi une formation préalable aux réseaux sociaux.

Démarchage téléphonique abusif, spam

On parle de démarchage téléphonique abusif lorsque vous recevez des appels téléphoniques commerciaux non sollicités. Vous n’avez pas donné votre accord pour ces appels et vous n’avez pas donné directement vos coordonnées à l’entreprise. Par exemple, ces entreprises peuvent vendre des abonnements téléphoniques ou des offres de télévision par internet.

Pour ne plus recevoir ce genre d’appel, vous devez vous inscrire sur la liste Bloctel.

Les entreprises n’auront plus le droit de vous appeler pour vous proposer des offres commerciales, sauf si vous êtes déjà client chez elles. Par exemple, votre banque pourra continuer à vous appeler pour vous formuler des offres. Vous pourrez aussi être contacté par des instituts de sondages et des associations sans but lucratif.

La liste Bloctel remplace la liste Pacitel. Si vous étiez déjà inscrit sur Pacitel avant le 1er janvier 2016, vous devez vous réinscrire sur Bloctel.

La CEE contre Apple

Notre vieille Europe est en lutte contre les multinationales, surtout américaines. Elles sont puissantes, organisées, ingénieuses. L’Europe est divisée, frileuse, et peu imaginative.

Apple a eu le droit de s’implanter en Irlande, pays attractif puisque pour sortir de son marasme il a proposé des taxes et impôts sur les sociétés à des taux très faibles. Pourtant l’Irlande est dans l’Europe, qui n’a rien dit, tout contente de ne pas avoir à aider les irlandais !

Maintenant, l’Europe veut reprendre à Apple les taxes et impôts que cette société aurait dû payé si elle s’était implanté en France ou en Allemagne.

Curieux comme attitude. Quand est-il de nos multinationales ? Ne profitent elles pas de ces mêmes possibilités ?

On nous explique qu’il faudrait prendre les taxes et impôts là où sont les acheteurs (consommateurs). Mais, imaginons que cette logique s’applique au pétrole !!! La réalité est plus simple. Chacun veut sa part du gâteau, et nos états n’acceptent pas plus légitimes qu’eux. Attendons la réaction de l’état américain qui est (très) satisfait de son plus gros contribuable. Si Apple laissait des taxes et impôts en Europe, ce serait un gros manque à gagner pour les USA. Alors ?

L’Irlande fait appel de la décision de Bruxelles condamnant les avantages fiscaux d’Apple …

Apple: Tim Cook qualifie la décision de Bruxelles de «foutaise politique»

Apple: Washington met en garde contre l’approche “unilatérale” de l’UE

Le Taxi

lancement d’une application pour smartphone. C’est un service d’Etat !

Comme à chaque fois, des fonctionnaires ont imaginé un nouveau service public. On est loin du service pour le public du concurrent Uber. On est d’abord sollicité pour donner son avis. Et on cherche, cherche pour comprendre, tester, ou autre, et après quelques minutes, on découvre qu’il y a plusieurs applications possibles, car on a fait plaisir aux professionnels, mais pas au public.

Bref, une fois de plus ce sera un échec.